Date By Fred
image originale `ici <http://www.rue89.com/sites/news/files/styles/comment_image/public/article/comments/couteau-suisse-prehistorique.jpg>`__

(premier article d'une trilogie consacrée à la R&D logiciel, aux ingénieurs R&D et à leur recrutement )

- L'innovation, la recherche et le développement de concepts, procédés, techniques, technologies, etc...

- Ok.

- La R&D...

- La quoi ?!? Le R.E.R. D ? un hère aidé ? [èrédé] ?

Quand on baigne dedans depuis longtemps, que chaque action quotidienne est effectuée dans cet état d'esprit, on oublie qu'il existe des gens (une majorité, paraît-il), qui ne savent pas que ce fameux "R&D" se déplie en "Recherche Et Développement".

J'imagine que les lecteurs de cet article sont coutumiers de ce terme.
Mais est-ce que nous le définirions tous de la même manière ? J'en doute !

Je vais essayer d'expliquer ici ce que j'entends par R&D et ce que ça veut dire dans  le cadre de Tetrane, startup hightech en développement informatique.

Recherche Et Développement, donc...

C'est vaste, ça regroupe plein de choses, mais ceux qui se sont penchés sur le C.I.R. (Crédit Impôt Recherche) savent que l'administration française est super tatillonne sur le sujet.

Wikipedia distingue 3 sortes de R&D, que j'illustre ainsi (volontairement de manière caricaturale) :
  • On peut mettre l'accent sur la "recherche". Par exemple l'image d'un "chercheur" en blouse blanche, dans un laboratoire aseptisé et tout blanc, regardant un truc sur un gros microscope électronique, sur fond de tableau (blanc) bourré d'équations. Le gars, il cherche. On sait pas trop quoi, ni ce qu'il va trouver, mais il apporte sa pierre à l'édifice. C'est la recherche fondamentale.
  • Après, comme la recherche fondamentale c'est bien beau mais ça fait pas rentrer rapidement du cash, on peut vouloir orienter un peu les chercheurs sur un thème pour faire avancer les connaissances sur une problématique donnée dans l'espoir d'un résultat exploitable pour l'industrie (pile à combustible, etc...). C'est la recherche appliquée.
  • Enfin, un peu en aval, une entreprise veut gagner en compétitivité, se démarquer de la concurrence en innovant, créer un nouveau produit/service, etc : un gars a une idée de génie, ou s'appuie sur les travaux de chercheurs pour en faire un truc nouveau, et il s'entoure d'autres gars en chemise à carreau, dans un bureau avec des PC et quelques pièces d'électroniques/mécaniques sur un coin de table, pour tenter de transformer le concept en produit innovant. C'est le développement expérimental (qui bizarrement n'a pas d'article dédié sur wikipedia !).
Selon cette nomenclature officielle, la R&D de Tetrane se situe dans cette dernière catégorie.
Mais le terme "développement expérimental" ne me plaît pas : dans mon esprit il ne fait pas apparaître de notion d'idée, invention, risque, ... Effectivement, on peut dire qu'on expérimente un prototype, mais avant cette phase là, il a bien fallu l'inventer, l'imaginer, le concevoir, ce prototype...

Faire de la R&D, dans notre cas, consiste à :

  1. détecter et identifier qu'il y a une problématique (pas aussi trivial que cela !)
  2. la nommer / définir (primordial !)
  3. faire une petite étude préliminaire sur le meilleur moyen que nous imaginons pour la résoudre
  4. ensuite faire une recherche biblio pour voir comment d'autres s'en sortent
  5. comparer notre approche aux autres
  6. concevoir la réponse optimale à la problématique (éventuellement basé sur une réponse existante)
  7. réaliser / tester / valider (ou pas) / intégrer
Concrètement, ce que nous faisons, c'est répondre à une problématique nouvelle. Pour cela, on s'appuie sur des technologies existantes quand elles répondent aux besoins, ou on en invente d'autres quand les outils disponibles ne sont pas adaptés.

On pourrait considérer que faire l'étape 3 avant la 4 est une perte de temps : pourquoi essayer de réinventer la roue si d'autres l'ont déjà fabriqué ?
Avec l'expérience, je suis persuadé qu'au contraire c'est un investissement rentable.
Cela permet, au minimum, de s'approprier la problématique avant de lire des solutions toutes prêtes. Ces solutions seront donc bien mieux comprises et exploitées, car on saura de quoi on parle vu qu'on vient de plancher x heures/jours dessus.
Et parfois, on trouve en creusant un peu que notre problème, là, celui que l'on veut résoudre, n'est pas exactement le même que celui que d'autres ont résolu. Ou que leur approche n'est pas optimale dans notre cas. Ou que nous avons imaginé quelque chose de... mieux !

"Si le seul outil dont tu disposes..."

Si on part directement sur la lecture de ce qui existe, on risque de se formater l'esprit sur des schémas établis, partir sur le premier (ou second, nieme...) papier qui nous semble coller et ne pas voir d'autres possibilités.

J'ai souvent cette phrase en tête : "Si le seul outil dont tu disposes est un marteau, tous les problèmes te sembleront être des clous" (tiens visiblement c'est de Abraham Maslow).

Donc au lieu de taper avec le marteau habituellement utilisé pour ce genre de problème, simplement parce qu'on l'a sous la main, il peut être opportun d'inventer le tournevis pour ce cas particulier. Le marteau aurait pu faire l'affaire aussi, remarquez, car le problème ressemble bien à un genre de clou... mais comme on a creusé un peu, qu'on a bien regardé, on a vu que ce clou avait un filetage tout le long, et que de le viser serait certainement plus approprié.
Quand on tombe sur une problématique, nous Cherchons (une solution) et nous la Développons.
Parfois c'est un peu innovant, souvent pas du tout, et quelque fois on a vraiment LA super idée que personne n'a encore exploré/exploité. Mais on ne peut pas le déterminer à l'avance, il faut dérouler les 7 étapes avant.

Attention, je ne dis pas qu'il faut systématiquement dérouler les 7 étapes. Pour planter un clou, le meilleur outil est généralement le marteau. C'est pourquoi les étapes 1 et 2 de notre démarche sont très importantes ! Généralement, on considère qu'on peut se mettre en quête d'une solution quand on est capable d'expliquer (oralement, ou sur tableau blanc) le principe à quelqu'un d'extérieur à la problématique. Sur ces bases, si on connaît déjà la solution adéquate, on va l'utiliser. Ne soyons pas extrémistes non plus ! :)

Voilà, la R&D, c'est ça, chez nous.

On a une grande ligne directrice, donc on sait exactement ce qu'on veut à la fin. En soit, cet objectif est déjà innovant : qui, avant nous, propose aux entreprises d'analyser de manière automatisée leurs binaires exécutables pour en chercher des failles de sécurité ? pas grand monde ...

Sous cette ligne directrice, nous tombons sur une multitude de problématiques, et autant de challenges qui sont l'occasion d'innover, d'inventer, d'aller plus loin ou de faire mieux.
Dans un prochain post je parlerai donc de ceux qui relèvent ces défis, qui doivent avoir certaines compétences bien spécifiques pour cela, les ingénieurs R&D !

Comments

comments powered by Disqus